Astrologie mythe ou réalité ?

Pour la plupart des gens l’astrologie ce résume à des pages de magazines pleines de phrases affirmatives et énigmatiques du genre: Balance ? C’est l’heure de prendre les bonnes décisions. Verseau ? L’amour n’est pas loin.

Cette astrologie là on l’appelle l’astrologie populaire elle est imprimé dans les journaux depuis les années 30 cela dit même les astrologues n’essaient pas de la défendre. C’est selon un avis universel de la poudre aux yeux. Néanmoins il existe aussi une autre astrologie dite « savante » établie par des spécialistes, cette dernière est née il y a plus de 4000 ans, elle repose sur l’étude de l’agencement des astres du système solaire. Afin de savoir si elle marche, il faut d’abord comprendre comment elle marche.
Pour cela il faut d’abord connaître un petit terme technique : l’écliptique.
Pour faire simple, l’écliptique, c’est la trajectoire que suit le soleil dans le ciel et les astrologues de l’antiquité ont divisé cette écliptique en douze tranches égales qui correspondent très vaguement aux 12 constellations du zodiac et c’est encore aujourd’hui grâce à cela que les astrologues se réfèrent pour établir un le thème astral , ils notent le lieu et l’heure de naissance et ils regardent à quel niveau l’écliptique croisait l’horizon à ce moment là, ce point de croisement c’est ce qu’on appelle l’ascendant.
Avec toutes ces informations, les astrologues dessinent les thème astral et ça ressemble à ça

Les astrologues ne se contentent pas de décrire le ciel. Ils postulent que la position des Astres à une influence sur les gens et pour expliquer cette influence il s’appuient sur deux réalités physique : la gravitation et le magnétisme.

Il est vrai par exemple que la Lune provoque des marées hautes et des marées basse c’est vrai aussi que le magnétisme de la terre fait bouger les aiguilles des boussoles ce qui laisse croire qu’ils peuvent parfaitement avoir une influence sur nous.

Peut être, oui mais le problème est que l’astrologie utilise ces réalités scientifique de manière pas vraiment scientifique.
Premièrement, elle ne prends en compte que la gravité des astres or la gravité est présente partout.
Sur le magnétisme il s’agit de la même logique, Pluton par exemple est incluse dans les thèmes astraux toutefois Pluton est a 5 900898440 km de la terre ce qui représente une distance importante pour qu’elle est la moindre influence magnétique sur nous.
Les astrologues vont encore plus loin ils plaquent sur leur analyse non scientifique du ciel des interprétations arbitraires.
Par exemple Vénus est associé à l’amour et Mercure plutôt à l’intellect pourtant l’ensemble de ces interprétations reposent sur aucune observation objective.
Il faut également savoir que ces dernières années, plusieurs expériences scientifiques, elles l’ont démontré définitivement en particulier celle menée en 2003 par Geoffrey Dean et Ivan Kelly. Ils ont sélectionné près de 2000 couples de jumeaux astraux c’est à dire des personnes qui sont nés au même endroit au même moment et qui, par conséquent ont exactement le même thème astral. Ils ont ensuite réalisé avec eux des test de personnalité.

Résultat: les jumeaux astraux ne se ressemblent pas plus que deux personnes prises au hasard.

Autre expérience : celle réalisé en 1985 par le physicien Shawn Carlson de l’université de Berkeley. Shawn a d’abord fait le thème astral de 177 personnes ensuite comme pour l’expérience précédente, il a fait leurs test de personnalité, il a mélangé le tout et il a demandé à 28 astrologues parmi les plus renommés des états unies de trouver quel thème astral correspondait à qui.

Résultat: les astrologues ce sont complètement plantés

Mais alors si ça ne marche pas pourquoi est ce que gang de gens continuent à y croire ?

C’est entre autres à cause de çe que les psychologues appellent le biais de confirmation ce qui veut dire que notre cerveau a tendance a se concentrer et à retenir les affirmations qui correspondent à nos idées préconçues.
Si un horoscope prédit trois choses : une qui correspond à nos attentes deux autres qui n’y correspondent pas nous aurons tendance à retenir que la première.